fbpx

ACTUALITÉS

Après plus de deux ans de hausse, l’activité touristique a nettement reculé en France au premier trimestre, victime surtout en Ile-de France, du mouvement social des « gilets jaunes » qui a dissuadé certains touristes étrangers de visiter l’Hexagone, selon l’Insee.

Sur les trois premiers mois de l’année, la fréquentation des hébergements collectifs touristiques – exprimée en nuitées – a baissé de 2,5% sur le territoire, comparé à la même période de 2018, selon des chiffres provisoires publiés jeudi.

Si ce recul est plus marqué pour les touristes étrangers (-4,8%) que pour les touristes français (« résidents », -1,5 %), il concerne les deux clientèles. Il contraste fortement avec le trimestre précédent, marqué par une hausse de 2%, et met un terme à « plus de deux ans de hausse continue de la fréquentation touristique », observe l’Insee.

Cette hausse avait abouti à un record de fréquentation touristique en 2018 dans l’Hexagone, avec plus de 438 millions de nuitées, un chiffre en hausse de 2,4% comparé à l’année précédente.

Les touristes étrangers sont venus skier en France

Quant à la fréquentation hôtelière, elle recule de 1,3% de janvier à mars 2019, comparé à la même période un an plus tôt, après une hausse de 1,5 % 

au trimestre précédent. Seuls les hôtels haut de gamme, 4 et 5 étoiles, tirent leur épingle du jeu en maintenant leur niveau de fréquentation.

Là encore, cette baisse met un terme à « une progression continue depuis le quatrième trimestre 2016 », et elle est plus marquée du côté des touristes étrangers (-3,4 %), alors que celle des Français ne s’effrite que de 0,4%.

C’est en Île-de-France que les nuitées hôtelières « diminuent nettement » (-4,6 %), pour les touristes étrangers comme pour ceux issus du territoire national, « probablement en lien avec le mouvement social des gilets jaunes », affirme l’Insee, tandis que dans les villes de province, la baisse n’est que de 0,8% (pour les deux catégories) .

En revanche la fréquentation des touristes étrangers est restée dynamique dans les massifs de ski (+4,2%), alors que celle des Français chutait de 3,1%. Ces derniers ont souvent opté pour le littoral (+4,8%) afin de profiter des « conditions météorologiques très clémentes » du début d’année, dit l’Insee.

Quant à la fréquentation des autres hébergements collectifs touristiques (résidences de tourisme, villages de vacances, maisons familiales, auberges de jeunesse), elle chute de 4,5% alors qu’elle avait progressé de 3,6% au trimestre précédent, sur un an. En pleine saison des sports d’hiver, la fréquentation de ces hébergements a chuté dans les massifs de ski: -7,6 % pour les touristes français et -8,2% pour les étrangers.

L’Agence pour l’économie et la maîtrise de l’énergie (Aeme) et l’Agence nationale pour les énergies renouvelables (Aner) vont être dissoutes.

Une décision du chef de l’État qui entre dans le cadre de la réforme de la Senelec qui va se transformer, dans les prochains jours, en Holding.

Le quotidien L’AS, qui donne l’information, renseigne qu’elles seront phagocytées par la Senelec qui va, désormais, gérer tout ce qui est énergie.

Aly Ngouille Ndiaye est entrain de poser les premiers jalons du dialogue national. Selon le journal Le soleil, le Ministre de l’intérieur va commencer à rencontrer les partis dés demain jeudi pour les proposer les termes de références. Le dialogue national est fixé au 28 mai prochain. Les convocations seraient entrain d’être distribuées aux différentes formations politique.

Datée de décembre 2015, une « Étude sur le système de rémunération au sein de l’administration sénégalaise », effectuée par le Cabinet Mgp-Afrique dirigé par Mohamed Sall Sao, révèle « les disparités criardes et les énormes incongruités » au niveau des salaires des agents de l’État.

Selon le quotidien Le Témoin, ce Rapport, qui vient d’être rendu public, lève le voile sur « les salaires exorbitants (16 millions) » de certains Directeurs généraux qui gagnent plus que leurs ministres de tutelle. Et de citer ces structures : Artp, Ageroute, Agpbe, Anacim, Ads, Ansd, Adie.

Cheikh Béthio Thioune, décédé hier, mardi, à Bordeaux, en France, ne devrait pas être inhumé à Madinatoul Salam comme annoncé. Les Échos renseigne qu’il devrait reposer au cimetière Bakhiya de Touba.

La décision a été prise par le khalife des mourides, Serigne Mountakha Mbacké. Selon le journal ce dernier a fait savoir aux fils du défunt, venus lui rendre visite suite au décès de leur père, que le guide des thiantacounes doit reposer à Touba.

La mort d’un détenu dans sa cellule à Diourbel fait l’objet de polémique. Fallou Ka, 25 ans, est décédé à la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Diourbel. D’après la RFM, il aurait été tabassé à mort après son arrestation samedi dernier à la gare routière de Touba Ndindy. Il aurait été en possession de 250 g de chanvre indien et 23 cornets de yamba. Des accusations rejetées par la famille de Fallou Ka qui exige que la lumière soit faite sur sa mort. «Quand j’ai discuté avec Fallou, il m’a dit : «Papa, on m’a tabassé, j’ai mal au corps. Quand je fais mes besoins naturels, il y a du sang qui coule. Et la police n’a rien trouvé en ma possession», rapporte Adama Ka, le père de la victime. Cependant, le commissaire de Mbacké nie en bloc, maintenant que le défunt avait en sa possession du chanvre indien.

Dakaractu

C’etait hier dans la journée que le guide des « thaintacounes » Cheikh Béthio Thioune a tiré sa révérence dans un hôpital de Bordeaux en France. Emporté par une longue maladie, le cheikh de Serigne Saliou Mbacké est né en 1938 à Keur Samba Laobé.

De Keur Samba Laobé à Bordeaux

La vie de Béthio Thioune change ce jour du 17 avril 1946 lorsqu’il rencontre Serigne Saliou Mbacké dernier fils de Serigne Touba à Tassette dans la région de Thiès, il avait 8 ans. Après ses études, Bethio Thioune devient instituteur puis pour des raisons politiques il quitte l’enseignement, devient délégué médical puis directeur de l’animation rural.

Béthio Thioune aprés une formation à l’Ecole Nationale de l’Economie Appliquée (Enea), devient  inspecteur d’animation à Tivaoune puis inspecteur régional du Ministère de la Jeunesse et des Sports à Dakar.

Élève de l’Ecole Nationale d’Administration et de la magistrature ,il sort diplômer en 1976 aux cotés de Ousmane Tanor Dieng et intègre le ministère de l’intérieur comme administrateur civil.

Consacré Cheikh par Serigne Saliou en 1987, il fut un disciple fidèle et organise durant plusieurs années des « thiants » pour célébrer et rendre grâce à Serigne Saliou. Sa dévotion et son amour envers le dernier fils de Serigne Touba lui valu le titre de Serigne en 1983 puis il fut consacré Cheikh en 1987.

Serigne Saliou et Cheikh Bethio

Apres une ascension fulgurante dans la société , Cheikh Béthio devient une icone , un idole pour ses disciples appelés « thiantacounes ».Il incarne le Cheikh suprême jusqu’au jour oû malencontreusement, il est mêlé au meurtre de deux de ses « talibés » dans sa demeure à Médinatoul Salam à Mbour.

L’effondrement du cheikh….

Traîné en justice durant plusieurs années après cette fameuse nuit à Médinatoul Salam, Cheikh Béthio fut jugé puis condamné à 10 ans de travaux forcé en plus d’une amende de 200 millions de francs cfa.

Une peine qu’il ne purgera jamais.

6 morts et 6 blessés dans un état de traumatismes sévères, c’est le bilan de l’accident de voiture qui s’est produit hier vers 11h53, sur la voie de contournement nord  (vcn) de Thiès. Le quotidien révèle que le choc s’est fait entre  un minibus en partance de la Ziara annuelle et un 4X4. Cinq femmes et un enfant de 12 ans sont morts sur le coup et les blessés sont admis aux urgences de centre hospitalier régional El Hadji Ahmadou Sakhir  Ndiéguéne de Thies. Les corps ne sont toujours pas identifiés.