fbpx

Au Pau, ne tournez pas encore autour du pot: (Par Djibril Fofana)

Au Pau, ne tournez pas encore autour du pot: (Par Djibril Fofona)

J’image ce scénario onirique où les chefs d’Etat du Mali, du Burkina Faso et du Niger à Pau demandent à la France de retirer ses troupes du Sahel.
Emmanuel Macron accepte cette décision et annonce le retrait immédiat des forces armées françaises et de tous les moyens logistiques déployés dans la région du Sahel.
Les Etats concernés s’organisent promptement, et trouvent immédiatement les moyens d’agir conjointement.

Nos forces armées suréquipées, bien organisées, disciplinées et inter opérables se mettent au pas…et s’engagent au nom de la préservation de notre souveraineté et notre indépendance- si chèrement acquises- dans une guerre commune contre le terrorisme et l’expansion islamiste.

Tous les Etats membre de l’UA adoptent à l’unanimité une résolution dans laquelle tous s’engagent à apporter un soutien financier humain et logistique immédiat dans cette guerre.

Seulement voilà

Peut-on imaginer un seul instant ce schéma dans le contexte actuel où la solidarité entre les pays africains est le plus petit dénominateur que nous avons en commun ?

Comment réussir aujourd’hui ce que nous avons échoué à implémenter depuis le depuis de la crise sécuritaire dans le Sahel?

Où en est la force africaine en attente FAA ? Nous attendons toujours le début du commencement de la première phase de sa mise en œuvre. Sacré chantier !

Quid de la force conjointe du G5 Sahel ? Elle est toujours en attente des financements extérieurs promis par des acteurs étrangers qui chercheront avant tout à préserver leurs intérêts dans la région.

Nos forces armées nationales sont-elles aujourd’hui suffisamment bien équipées, organisées, disciplinées et aux ordres d’un commandement militaire légitime et patriote ?

Quelle alternative politique à la solution militaire?

Le débat aujourd’hui ne doit pas se focaliser sur la présence militaire Française. Mais plutôt sur le contexte permissif.
La France intervient dans les pays du Sahel en vertu d’accords signés par nos états et récemment au Mali sur la base d’une demande expresse de l’état malien dont la survie était menacée, suivant les aveux du premier dirigeant du pays .

Ne soyons pas dupe. Clairement, la France cherche d’abord à préserver sa propre sécurité et à maintenir la menace terroriste loin de ses frontières en déployant près de 6000 soldats et des moyens logistiques colossaux dans le Sahel.

Avec beaucoup de naiveté, beaucoup proposeront de se tourner vers la Russie ou la Chine pour nous accompagner militairement.
Dans l’un ou l’autre des cas, la question de notre souveraineté se pose.

Nos chefs d’Etat ont jusqu’au 16 Décembre pour répondre à la convocation du président français.

Les peuples du Sahel attendent un discours courageux, une réponse claire à la question claire que leur a adressé Emmanuel Macron.

Chers dirigeants, à Pau vous avec une occasion historique de vous assumer sans tourner autour du pot !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram did not return a 200.