fbpx

AFFAIRE DES MOTOS JAKARTA À KOUNGHEUL : CRI DE COEUR D’UN JOURNALISTE ORIGINAIRE DE LA CAPITALE DU « BAMBOUCK »

Dans une ville à deux métiers (taxi moto pour les hommes, « kholi guerté » pour les femmes), vouloir entraver l’un de ces métiers est un délit de haute envergure.
Toute personne connaissant KOUNGHEUL, sais bien que c’est une ville où la population est laissé à elle seule dans une zone chaude et aride où le tourisme n’existe pas, une zone sans industrie avec une pluviométrie très en baisse mettant ainsi l’agriculture à genoux, Bref une zone sans emplois.

Pourtant ces vaillants jeunes ambitieux, fières de leur patrie et du sang  » Bambouck » qui coule dans leurs veines ont choisi de rester au bercail malgré les difficultés.

Pourtant ils pouvaient prendre d’assaut la capitale sénégalaise et empirer la situation démographique Dakaroise déjà critique.

Pourtant ils pouvaient se jeter en mer méditerranée pour une aventure occidentale en quête de réussite.

Pourtant ils pouvaient prendre la mauvaise tangente et hanter la nuit des populations par des braquages et autres barbaries.

Et pourtant…Et pourtant……

Malgré tout ils ont choisi comme alternative le métier de « taxi moto  »
D’abord c’était avec de petites mobylettes de campagne appelé « Si », ne pouvant porter qu’une personne qu’ils utilisaient
pourtant pour acheminer leurs clients vers leurs destinations pour la modique somme de 100 F le forfait et dans d’énormes difficultés.

Avec des associations et des tontines au sein des arrêts, ces miettes ont été colmatées et certains parvenaient même à bâtir leurs maisons, Ce qui fait rétroagir ma pensé sur les arrêts les plus célèbres à l’époque comme « Arrêt Laobé»,  » Arrêt koupantou »,  » Arrêt Garage Dakar  » et je pense ainsi à Habib (que la terre lui soit légère) ce jeune taximan décédé à la fleur de l’âge qui pourtant avec ce boulot avait totalement atteint son indépendance financière.

C’est aux environs de l’année 2010, que ce fameux  » Jakarta  » une moto crée par une entrprise aziatique établie en indonésie dont la capitale Jakarta a été donné à cette marque de moto , fit son apparition, plus puissant et plus confortable comme moto de transport, ils l’adoptèrent immédiatement d’où le vocable « Jakarta man »

À ce jour, près de 80% de cette jeunesse sans issue est actuellement dans cette activité pour ne pas m’abuser, ils en ont fait un une véritable source d’emplois.
Dès lors, chers frères et sœurs sénégalais d’une manière générale et Koungheulois en particulier , prendre ces vaillants jeunes et les mettre en prison pour des pénalités financières qui n’ont de destinations que la poche du politique pour après servir de fonds de campagne , c’est vraiment méchant , ignoble et ridicule, moi khalil je l’appel tout simplement CRIME CONTRE LA JEUNESSE .

 » Kou sarakhatoul Goumbeu warko bayi ak yelwaaname »

#LeKoungheulois sur les ondes #

Ibrahima Khalil Dieng

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram did not return a 200.