vendredi, décembre 9, 2022
AccueilACTUALITÉSA la découverte du commandant Mame Rokhaya Lo, seule femme pilote de...

A la découverte du commandant Mame Rokhaya Lo, seule femme pilote de l’armée du Sénégal

Le 8 mars est une date importante, sinon la date la plus importante du calendrier féministe, dont l’objectif est de célébrer le chemin parcouru par les femmes et reconnaître le pouvoir économique et social des femmes tout en poursuivant les efforts contre les inégalités persistantes. À l’occasion de cette journée Africa7.tv  vous fait découvrir la cheffe d’escadron Mame Rokhaya Lo de la gendarmerie nationale, une femme qui s’illustre de la plus belle des manières dans l’armée Sénégalaise.

 

La mise impeccable, la casquette bien vissée, le regard droit et le léger sourire qu’elle arbore traduisent une posture assez noble. Mame Rokhaya Lô, commandant à la gendarmerie nationale, est la première femme pilote dans l’histoire des Armées sénégalaises. C’est elle qui dirige depuis le vendredi 29 octobre 2021, la 2e Force de l’unité de la police (Fpu) forte de 135 militaires dont 21 femmes, déployées au niveau de la MONUSCO (Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République Démocratique du Congo). Ce qui fait d’elle, la première femme commandant une FPU sénégalaise.

”La présence des femmes dans les missions de paix est une très bonne chose, car elles doivent contribuer à la consolidation et au maintien de la paix. Les femmes Casques Bleus apportent une dimension supplémentaire qui se matérialise par notamment leur capacité à comprendre et à accompagner les femmes et jeunes filles, victimes d’abus. Elles sont également source de motivation et d’inspiration pour ces dernières à tel point que certaines d’entre elles finissent par s’engager dans les rangs de la police de leurs propres pays.” dit-elle dans une interview avec la plateforme biramawamag.

Les premières, Mame Rokhaya en a connues. Elle est également la première et la seule femme pilote dans la gendarmerie du Sénégal, mais surtout dans l’armée sénégalaise. Au début, elle pilote principalement des avions légers motorisés et son activité quotidienne consistait en des opérations de surveillance du territoire, de collecte de renseignements pour les unités au sol ainsi que les vols de reconnaissance pour des prises de vue.

Le parcours universitaire de Mame Rokhaya Lo a été essentiellement consacré aux sciences économiques. Ancienne ‘pensionnaire’ de l’UFR des sciences économiques et de gestion de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, elle se présente, en 2011, au concours pour intégrer la gendarmerie après son master en commerce et management. ”j’ai intégré la Gendarmerie par voie de concours en admission sur titre avec un master 2 en commerce et management des affaires internationales (Faculté des sciences économiques et de gestion, Université Cheikh Anta DIOP).J’ai effectué plusieurs formations militaires au sein de l’institution et une formation en pilote d’avion ultra léger.” raconte t-elle.

Deux ans après avoir intégré le corps, le commandant Mame Rokhaya Lo gravit les échelons. Elle a ainsi fait un an à la compagnie de Rufisque comme officier adjoint avant de réussir un concours pour devenir pilote. Par la suite, elle a fait 5 ans à la section aérienne de la Gendarmerie Nationale dont 2 ans et demi comme chef de la section. En juin 2019, elle a été affectée à l’état-major comme chef de la division admission mobilisation cumul division genre. Devenue l’année suivante chef de la division du Genre et de la Mixité, elle rejoint en 2021 la Monusco comme commandant de la SEN FPU 2.

Si de par sa formation initiale rien ne semblait au départ la prédestiner à devenir pilote et à entrer dans la gendarmerie, elle estime que certaines valeurs et aptitudes l’ont aidée à gravir les échelons. Sur choix de faire parcours dans la gendarmerie, elle explique que ”C’est une institution qui m’avait marqué depuis mon enfance lors du grand Magal de Touba. Après mes études, je me suis tournée vers cette institution remplie de valeurs même si ce n’était pas un rêve d’enfance.”

Mariée et mère de 2 enfants, et malgré ses charges, elle dit faire de son mieux pour ”concilier la vie professionnelle et la vie familiale”. Il suffit juste, à ses yeux, de faire la part des choses et de bénéficier de la compréhension des parents et de la belle-famille qui prennent le relais dans l’environnement familial chaque fois que le devoir l’appelle.

Madiagne NIANG

NOUS SUIVRE
16,985FansJ'aime
2,458SuiveursSuivre
61,453AbonnésS'abonner
Top articles
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici