mardi, décembre 6, 2022
AccueilA LA UNELégislatives 2022 – floraison de coalition : des experts analysent les chances...

Législatives 2022 – floraison de coalition : des experts analysent les chances de l’opposition

En vue des législatives du 31 juillet 2022, une nouvelle coalition de l’opposition a vu le jour et va se former au tour de personnalités politiques à l’image de Thierno Bocoum, Thierno Alassane Sall et Dr Abdourahmane Diouf, le Juge et l’ex député Cheikh Omar Sy. Il s’agit d’une énième coalition de l’opposition qui est annoncée.

Pour Momar Ndiongue, ceci est compréhensible dans la mesure où « l’opposition ne peut pas se retrouver dans une très grande coalition dans le contexte ou nous sommes. Ça était difficile d’ailleurs en 2017. L’opposition ne peut pas réussir aujourd’hui en 2022 alors qu’il y a beaucoup plus d’organisation et de coalitions qu’en 2017. » explique l’analyste politique, directeur de publication du quotidien Le vrai journal.

Pour Abdou Khadre Sanago, « ça relève même de l’utopie que de rêver de voir un seul bloc de l’opposition pour défier la mouvance présidentielle » dit-il. Ainsi, la meilleure approche pour l’opposition de renverser le rapport de force de l’hémicycle, »c’est de penser à amoindrir au maximum possible les coalitions. » Pour le Dr en sociologie politique, ceci qui se passe actuellement ne fait que renforcer le pouvoir en place. À ce rythme, forcément, l’opposition risque de se retrouver avec une majorité écrasante pour la coalition Benno Bokk Yakar » précise l’enseignant-chercheur et science politique.

Pourtant, tous ont le même objectif : avoir la majorité pour ces joutes électorales. Ce qui parait compliqué au jeu de Momar Ndiongue. Pour lui, « l’opposition se donne de moins en moins de chance d’imposer la cohabitation au pouvoir en place. Parce que tout simplement, il y a un projet de loi qui a été récemment amené à l’Assemblée nationale qui devait consister à augmenter le nombre de députés de 165 à 172. Finalement, l’astuce a été de prendre les 7 députés sur la liste proportionnelle et de ne pas faire une augmentation. Or jusque-là, il y avait un déséquilibre criant entre la liste majoritaire et la liste proportionnelle. Ainsi, 112 députés seront élus sur la liste majoritaire. Donc la majorité sera favorisée parce qu’en règle général, le scrutin majoritaire favorise le pouvoir en place » a t’il analysé.

Momar Ndiongue qualifie même ces coalitions de l’opposition « d’arnaque ». Au-delà de ces réflexions, dit-il. » Il faudra qu’on pose le débat de ces coalitions. C’est très commode de créer un parti et se retrouver dans le cadre d’une coalition et ça crée un flou total. Les parties doivent avoir le courage d’aller se mesurer. Maintenant, il faut le dire, nous sommes dans un paysage politique ou il y a plus de 300 parties politiques, et il va falloir rationaliser cela » dit-il.

Cependant, si cette situation se poursuit, « on va vers la mort des partis politiques » prévient Abdou Khadre Sanago. Pour lui, il est urgent pour les politiciens « de se retrouver autour des pôles idéologiques. Par exemple, les libéraux d’un côté, les socialistes de l’autre côté, et aujourd’hui on parle même des patriotes. À partir de ce moment-là, l’ensemble de ses pôles peuvent se réunir au tour d’une plateforme pour briguer le suffrage des Sénégalais sous une bannière commune » a-t-il suggéré.

Madiagne NIANG

NOUS SUIVRE
16,985FansJ'aime
2,458SuiveursSuivre
61,453AbonnésS'abonner
Top articles
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici