mercredi, décembre 8, 2021
spot_img
AccueilA LA UNEElections locales: La démocratie sénégalaise des mots

Elections locales: La démocratie sénégalaise des mots

Le 23 juin 2022, auront lieu les élections locales. Ce seront des élections locales avec une odeur d’élections nationales pour préparer les législatives et la présidentielle prochaines. Deux interprétations possibles au soir du 23 janvier: le renforcement et l’enracinement et la majorité présidentielle ou la possibilité de la nouvelle hégémonie de l’opposition plurielle.

A peine le processus a officiellement commencé, la lecture et la compréhension n’augurent rien de bon socialement parlant ou de respect démocratique. Le choix des représentants des partis au pouvoir comme de l’opposition a créé beaucoup de mécontents et a démontré une fois de plus que la démocratie sénégalaise est retourné au premier gradin de l’escalier. La démocratie à la sénégalaise qui ne tient pas compte de l’opinion publique, ni de celle des membres du partis, ni de celle des citoyens qui habitent la localité et qui doivent choisir leur propre représentant. Le mot d’ordre du ” propriétaire ” du parti est ” silence, je choisis qui je veux”. On connaissait la démocratie mécanique où la majorité élue prend mécaniquement des décisions pour les imposer à la minorité sans tenir compte de leurs amendements; mais dans la démocratie à la sénégalaise le ” propriétaire ” du parti choisit qui il veut en fonction de ses propres intérêts, de ses relations avec la personne choisie au grand dam de la localité. Ce fait a créé une démocratie électoraliste et de clientélisme; elle n’a aucune différence de la démocratie hitlérienne pour nommer Ribbentrop ou mussolinienne pour choisir Badoglio. La voie démocratique la plus simple serait d’organiser des primaires pour permettre aux populations locales de choisir le représentant de leur parti; mais organiser des primaires ne fait pas partie de la culture démocratique africaine. Pour jeter de la poudre aux yeux de tous, un parti politique a essayé d’organiser des primaires à Mbour, mais ” le propriétaire” du parti a ” démocratiquement” jeté les résultats à la poubelle car le choix des populations locales est différent de son choix. Pire à Dakar un parti politique n’ a même pas permis à la mairesse sortante  de Dakar de prétendre à rempiler pour défendre son bilan.

Le second problème est la violence. Aujourd’hui les violences verbales et physiques sont devenues l’apanage de la démocratie sénégalaise: morts et blessés accompagnent tous les processus électoraux. La violence est devenue un déterminant électoral; Ziguinchor a ouvert le bal. Acteurs politiques et citoyens  doutent du bon déroulement de la campagne et de l’élection. Ce malaise social et la grande peur vont négativement impacter les élections locales et sont à l’origine de l’abstention. La bonne santé d’un système démocratique s’évalue par la participation des sénégalais au vote. Ce climat de violence, de peur et les nombreux blessés peuvent remettre en cause la participation populaire  Les élections locales n’attirent plus personne à cause des mensonges, des promesses non tenues et par les violences. Les leaders politiques ont toujours mis la charrue avant les bœufs; aucun programme électoral en vue pour demander le suffrage des sénégalais. De surcroit, combien d’équipes municipales sont passées depuis 1960 sans aucun changement de la situation socio- économique des citoyens et de la  commune

Il est plus que nécessaire pour les acteurs politiques  de travailler et de renforcer la  démocratie au niveau local par la formation et l’implication des citoyens dans le processus électoral depuis le choix du candidat et l’élaboration  des programmes qui doivent tenir compte des préoccupations  socio- économiques des habitants et de l’environnement de leur localité.  La totale participation du citoyen dans le processus électoral au niveau local pourrait être une formation démocratique pour préparer les élections nationales. Selon Alexis de Tocqueville ” sans institutions communales, une nation peut se donner un gouvernement libre mais elle n’a pas l’esprit libre”. Alors quel sera l’intérêt des populations locales dans cette sale guerre entre les candidats de tout bord pour ces élections locales? Est-il possible pour un maire de Ziguinchor de gérer cette commune sans le soutien de l’État central vu son contexte socio- politico- sécuritaire?. Est-ce qu’un maire sans l’assistance de l’État pourra résoudre deux problèmes de la commune de Kaolack; résoudre le danger des camions vers le Mali: déplacer le danger du centre-ville sensible vers la périphérie populeuse de Ngane ou Gawane par une voie de contournement qui pourrait toucher un autre département et d’autres communes ? Comment affronter l’épineux problème séculaire de l’assainissement de Kaolack présent depuis la création de la ville et toujours sans solutions en vue?. Déjà en 1912 et en 1920  les administrateurs  français Brocard puis Aujas avaient présenté à l’administration centrale des rapports sur les difficultés d’assainir Kaolack car la ville est construite selon l’administration coloniale dans une cuvette sur des sols halomorphes et hydro morphes et avaient annoncé la possibilité de déplacer la ville coloniale.

Les élections  sont comme les guerres; elles sont toutes précédées d’hypocrisie, de dénigrement, d’échauffourées et de méga mensonges qui ne servent en aucun cas les citoyens. Pour la guerre d’Irak on a parlé d’armes chimiques, pour la Yougoslavie, le massacre du Kosovo était un mensonge, pour l’Afghanistan, le prétexte était le 11 septembre. Idem pour les élections locales sénégalaises; la campagne est basée sur un tissu de mensonges et d’éternelles promesses jamais tenues. Depuis 1960, les mêmes promesses électorales pour les mêmes problèmes; combien de candidats à la mairie de Kaolack ont promis aux kaolackois la fin des déchets domestiques et des eaux stagnantes. A chaque 5 ans, il faut tout changer au niveau local pour ne rien changer. Actuellement en politique, les sénégalais sont tombés en mettant en avant la tête; les sénégalais  ont montré le chemin de la politique démocratique en Afrique: rappelons-nous de la réaction du président Abdou Diouf à la 16° conférence des chefs d’État d’Afrique et de France le 20 juin 1990 à la Baule en France sur la démocratie et le pluralisme politique en Afrique  Aujourd’hui les sénégalais ont abandonné cette politique par conviction de servir la nation pour faire de la politique par conformisme: un conformisme politique normatif quand le citoyen sénégalais accepte de suivre politiquement le groupe par peur d’être un exclu ayant peur de dire son opinion, un conformisme politique informationnel quand le même citoyen croit que les idées, les raisons des autres sont les bonnes et lui doit suivre et accepter. Ce conformisme politique est entrain de conduire la société sénégalaise sur le chemin de tous les dangers. Certains citoyens sans personnalité, sans identité, ayant peur de donner leur avis et leur opinion sont devenus des moutons de panurge derrière de nombreux  leaders politiques  spécialistes de la manipulation qui est une influence sociale dont la finalité est de changer la perception et le comportement des autres en utilisant des méthodes sournoises et trompeuses. Certains jeunes sénégalais radicalisés ne sont plus dotés de réflexion humaine; ils sont justes de la chair à canon, des bras utiles et utilisés pour les basses besognes, les coups fourrés en un mot des terroristes à la solde de cette nouvelle mafia politique qui tient le pays en otage.

Pr Magatte Simal

C.A.D.E.E.S ( cadres- activistes- dirigeants- experts- étudiants sénégalais) Italie

Africa7http://dg@africa7.tv
Africa7 est une chaine de télévision généraliste sénégalaise qui mise sur l’éducation la culture et le sport. Elle cible une population francophone et anglophone, jeunes et femmes de toute l’Afrique et de sa diaspora. Africa7 propose des contenus qui allient modernité, indépendance et accessibilité Africa7TV Elle est à 100% digital. Elle est visible en claire sur : La TNT (Télévision Numérique Terrestre) canal7 pour la couverture nationale au Sénégal
NOUS SUIVRE
16,985FansJ'aime
2,458SuiveursSuivre
61,453AbonnésS'abonner
Top articles
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici