fbpx

Mois : novembre 2019

Le célèbre musicien américain d’origine sénégalaise qui annonce à travers les réseaux sociaux la construction de sa ville de luxe au Sénégal « utilise la maquette de Diamniadio Lake City (DLC) » du Groupe SEMER dont Marcel Diagne est le PDG.

SEMER GROUPE va porter plainte contre l’artiste Akon pour piratage annonce ce membre du mouvement politique Grâce Youkute à travers sa page FACEBOOK. « AKON qui accuse les sénégalais d’avoir volé sa chaîne lors d’un de ses concerts au Brésil est la définition de l’arnaque » mentionne l’ami de Marcel à travers son statut WhatsApp Rappelons que DLC est un vaste projet immobilier d’une valeur de 200 millions de dollars à construire dans la nouvelle ville de Diamniadio. Cette année les premières pierres de cette ville virtuelle commencent timidement à sortir de terre pour illustrer les rêves de l’enfant de Djilass

Africa7

L’affaire Khadim Guèye du nom de ce maitre coranique qui a enchaîné son disciple par des menottes est loin d’être close. Les collègues de l’enseignant arabo-islamique issus des écoles islamiques n’ont pas attendu la décision finale de la justice pour apporter leur réplique,

Selon eux la véritable cible est loin d’être les conditions des talibés mais l’enseignement de l’Islam qui « dérange ». Assane Guèye et Malick Faye deux marchands ambulants et anciens élèves d’écoles coraniques partagent le même engagement. Ils croient fermement qu’aucune négociation ne soit possible. « Les musulmans doivent répondre par la loi du talion, c’est-à-dire œil pour œil, dent pour dent. Ces anciens talibés lancent un appel auprès de tous leurs collègues pour se lever comme un seul homme et faire face à ce qu’ils appellent « la diabolisation persistante de l’Islam »

Ancien pensionnaire du daara de « KOKI l’un des plus grands centres historiques de formation islamique et d’enseignement du saint coran au Sénégal, Assane dit être meurtri par l’attitude de certains de ses compatriotes sénégalais quand il s’agit de dire du mal sur les daaras.

Selon lui, le traitement des informations relatives à l’école coranique s’est toujours fait dans le négatif contrairement à l’école occidentale privilégiée dans nos médias ». Une attitude injuste et injurieuse à l’encontre de tous les musulmans du monde entier peste l’ancien talibé

S’agissant des défenseurs des droits de l’homme, Malick Faye, lui se veut catégorique, « Ces gens ne sont rien d’autre que des lobbyistes qui se sont fixés comme objectif de combattre la religion musulmane et la première cible reste les écoles coraniques qui forment des jeunes selon les directives de l’islam ». Nul ne peut bénéficier d’une formation de qualité sans en subir des peines et des épreuves ajoute Malick Faye. « Même le prophète d’Allah Mouhamad, le meilleur des êtres a subi une répression lors de la révélation du Livre saint qui est le Coran

Justement le Coran, « dernier recours de tout musulman y compris ceux-là qui, motivés par la simple richesse de ce bas monde ne cesse d’être la cible de personnes malintentionnées animées par leurs ingratitudes qui continuent de verser leur bile sur les maîtres coraniques. Cette situation sermonne imam Ibrahima Top doit pousser les musulmans à l’unité et à la défense de l’islam

Rappelons que la semaine dernière un enseignant nommé Khadim Guèye d’une école coranique a attaché un de ses élèves avec des menottes et des entraves

Il fut cueilli par la Gendarmerie de KOKI et remis au parquet de Louga

IBRAHIMA KHALIL DIENG

Africa7RadioTV

L’activiste qui a tenu sa promesse de marcher devant le palais de la république, n’a pas été plus déterminant que les forces de l’ordre qui ont mis fin ses protestations

Cet après-midi sur l’avenue Léopold Sedar Senghor, devant les grilles du palais l’activiste est arrêté par la garde présidentielle et conduit au commissariat central de Dakar

Le croisement Niague-Lac Rose est réputé être une zone mortelle pour les voyageurs. Encore ce vendredi vers 20h30, un violent accident s’est produit sur cette route. En effet, un camion tractant un autre camion en panne est entré en collision avec un car « Ndiaga Ndiaye » qui venait de Keur Massar pour rallier Niague. Le car Ndiaga Ndiaye a par la suite fait des tonneaux avant d’être projeté sur l’autre côté de la route. Le bilan de cet accident est lourd avec 20 blessés dont 7 dans un état grave.

Alerté, le commandant Moussa Ndiaye de la brigade de la gendarmerie de Niague, a déployé ses hommes pour le constat. Les sapeurs-pompiers de Rufisque et les éléments de la croix rouge de Niague sont aussi venus sur les lieux pour sortir les victimes coincées dans le car « Ndiaga Ndiaye ». Les blessés ont été acheminés à l’hôpital de Pikine et à Youssou Mbargane Diop de Rufisque. Une enquête est ouverte à cet effet, par la brigade de gendarmerie de Niague.

Au-delà du manque de respect du code de la route par les conducteurs l’axe croisement Niague – Lac Rose qui s’étend sur plus de 2 kilomètres, constitue l’une des routes qui enregistrent le plus d’accident au Sénégal à cause de l’étroitesse de la voie.

L’état de ce tronçon est à déplorer. Une route très fréquentée qui manque d’éclairage et de panneaux de signalisation.   

Rappelons qu’un accident d’une rare violence s’était produit récemment sur le même lieu faisant 6 morts, tous des membres d’une même famille. Les autorités de la commune de Tivaouane peulh-Niague avaient promis d’installer 17 ralentisseurs dans cette zone pour limiter les cas d’accident. Cette doléance reste encore non satisfaite et s’ajoute à la longue liste des promesses non tenues des autorités

Birame NDAW

Africa7RadioTV (Rufisque)

Il sont 5000 étudiants de l’Université Felix Houphouët Boigny d’Abidjan, menacés de renvoi, pour n’avoir pu s’inscrire dans les délais.

Malgré l’intervention du ministère de l’éducation nationale, appuyées par les décisions prises en conseil des ministres pour sauver la situation, le Pr Abou Karamoko, refuse de réintégrer ces 5000 étudiants, qui attendent depuis plus de deux (2) semaines.

Selon le Président de l’Université Felix Houphouët Boigny, Abou Karamoko, lesdites décisions ne lui ont jamais été notifiées.

Le 22 novembre dernier Sylvain Ken Zoh, intellectuel, écrivain et président de parti politique s’était exprimé sur la question qu’il trouvait très sévère et anormale.

Quatre (4) jours après son plaidoyer la situation n’a pas évoluée.

Cette fois, monsieur Ken Zoh, a adressé directement une lettre ouverte, au Président Alassane Ouattara, pour éviter que ces étudiants ne se retrouvent dans la rue.

A quand la fin de ce bras de fer entre le « nouvel homme fort de l’Université » et le gouvernement Va-t-il la caution d’un haut dignitaire du régime-Ouattara ? Ou encore, cet universitaire veut -il discipliner l’école ivoirienne à sa manière ?

Voilà autant de questions, qui ne trouvent toujours pas de réponse. Et pourtant l’année 2019, a été décrétée, année du Social.

Alain Martial GNEGBE (ABIDJAN)

Africa 7Radio/TV

Depuis plusieurs mois, les artères et plusieurs quartiers de la ville de Ziguinchor étaient sous l’emprise de l’obscurité à cause d’un déficit d’éclairage public.

Et dans l’optique d’améliorer cet éclairage public, Le maire de la commune Abdoulaye Baldé a procédé ce mardi au lancement des travaux d’installation de lampadaires solaires à travers la ville de Ziguinchor. Plus de mille quatre cent lampadaires seront installés, en plus de ceux qui fonctionnent avec le courant électrique.  Selon Abdoulaye Balde, l’édile de la commune, l’installation de ces lampadaires va contribuer au renforcement de la sécurité et à l’embellissement de la ville.

L’administrateur de l’entreprise Sud Solaire, en charge de ces installations précise que les lampadaires sont des lampadaires de dernière génération adaptés à toutes les conditions climatiques et sans danger pour les populations.

Ces lampadaires font partie du quota que l’état du Sénégal a octroyé à la ville de Ziguinchor dans le cadre du projet Promoville.

D’autres projets devant contribuer à l’embellissement de la ville de Ziguinchor sont en voie de réalisation.

Parmi les plus importantes réalisations futures selon le maire Abdoulaye Balde de Ziguinchor figurent l’éclairage du boulevard des 54m qui relie Ziguinchor à la capitale bissau guinéenne et la réhabilitation de certains axes routiers de la commune de Ziguinchor.

Moussa NDAW

Africa7RadioTV (Ziguinchor)

L’adjoint au commissaire de la police de Jaxaay, Alain Ounled, a été retrouvé mort ce jeudi matin 28 novembre 2019, dans sa chambre à la cité Karak (Sicap). Son corps a été acheminé à l’hôpital pour les besoins de l’autopsie. Une enquête est ouverte par la police à cet effet.

Birame NDAW

AFICA7 Rufisque

« Black and white » est un film financé à hauteur de millions d’euros selon le producteur Jacques Kirsner qui faisait face aux journalistes lors d’un tournage auquel de nombreux acteurs français et sénégalais ont pris part également

Jacques Kirsner par ailleurs collaborateur du célèbre réalisateur sénégalais Moussa Sene Absa est largement revenu sur le contenu de ce film mémoire de la colonisation française. « Je suis scénariste, j’ai décidé d’écrire une série qui raconte la colonisation française, le mépris pour le peuple sénégalais qui garde encore des séquelles de cette histoire. Le film parle également de la décolonisation à l’élection du premier président Léopold Sédar Senghor ».

Le choix du Sénégal comme pays pilote d’une série de différents sujets relatifs à l’immigration et à la françafrique n’est pas fortuit.  Jacques Kirsner un amoureux du Sénégal trouve ce pays comme une référence aux vues des avancées notées dans le cadre du cinéma et de l’audiovisuelle. Je veux à travers ce projet cinématographique faire un film qui montre aux français que la colonisation n’a pas été seulement quelque chose de formidable. Que les populations sénégalaises ont un autre point de vue sur la colonisation(…). C’est aussi une des raisons de mon choix sur un metteur en scène sénégalais en l’occurrence Moussa Sene Absa

Ce film « Black and white » qui débute un projet ambitieux et révolutionnaire sur l’histoire de l’Afrique et la France est aussi proposé à la télévision françaises, France Télévision qui n’a pas hésité de l’adopter dans ses programmes.  Le producteur français montre par ce rapprochement le manque de coopération de l’État du Sénégal qui ne s’est pas manifesté de façon positive dans le cadre du financement de la série qu’il entend produire au Sénégal

Bakary Cissé

Africa7RadioTV

En côte d’ivoire les enfants peuvent désormais porter un double nom. Celui du père et de la mère.

Cette nouvelle loi a été adoptée lors du conseil des ministres tenu ce mercredi 27novembre 2019 à Katiola. Localité située à 430 km, au nord-Est d’Abidjan.

Ce, en marge de la visite d’état de quatre (4) jours du président Alassane Ouattara.

La mère ivoirienne a désormais l’autorisation d’adjoindre son nom à celui du père sur l’extrait d’acte de naissance de l’enfant. Lequel enfant portera désormais le nom du Père et de la mère.

Ainsi l’enfant issu de la filiation illégitime tout comme légitime, peut lui aussi porter un nom double, c’est à dire celui du Père et de la mère, donc jouir des mêmes avantages, dans le cadre de l’héritage des biens familiaux.

Ce projet de loi, permet à l’état de suivre les normes internationales, notamment en matière d’égalité homme et femme a expliqué monsieur Sidi Tiémoko Touré, porte-parole du gouvernement.

Un autre projet de loi adopté, impose à toute personne physique vivant sur le sol ivoirien de déclarer son lieu d’habitation (domicile)à la mairie ou à la Sous-préfecture dans un délai de six (6) mois.

Alain Martial GNEGBE (Abidjan)

Africa 7Radio/TV.